Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…







Collège d'Hypnose : Hypnose, Douleur et Conscience. Interview du Pr. Faymonville par Theo Chaumeil: Au cours... https://t.co/z3jJ99ixY6 https://t.co/aR5UvQCPYZ
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Facteurs de réussite de l'hypnose lors de soins différés: la place des techniques... https://t.co/bWgJa00nqr https://t.co/RfTWZ2olAH
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : L'hypnose une activation sécurisée du hors soi. Dr Luc FARCY: Dr Luc FARCY, Psychiatre... https://t.co/DPAGwpEgSE https://t.co/mGpCVoUFnr
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Deuil et technique hypnotique de base : « le cimetière intérieur ». Dr Claude VIROT: Dr... https://t.co/d2DBrwI4zE https://t.co/SX1MeypfXa
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Apports dans le TRAUMA de la thérapie HTSMA (Hypnose, Thérapies Stratégiques et... https://t.co/2jBUPecGPd https://t.co/rEeqyxJXkO
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Formation spéciale "Hypnothérapie et kinésithérapie: la thérapie du mouvement de vie" - 4 jours Public concerné: Kin…https://t.co/oFBdFCPjuj
Lundi 17 Juillet - 18:32
Collège d'Hypnose : Comment bien choisir sa formation en hypnose... Vous êtes infirmier(e), kinésithérapeute, médecin, orthophoniste et…https://t.co/neWomarpre
Jeudi 6 Juillet - 21:05
Collège d'Hypnose : Mise en ligne d'une nouvelle formation en hypnose médicale à Paris... https://t.co/TR9SBPPw7O https://t.co/4GlGRAMosf
Jeudi 6 Juillet - 21:03

Formations en Hypnose à Paris, Marseille

Assassinats sauvages de Toulouse: que Dire aux enfants ? Le Silence est-il un piège ?

Une excellente réflexion après la tuerie sauvage sans nom de Toulouse.



Assassinats sauvages de Toulouse: que Dire aux enfants ? Le Silence est-il un piège ?
A quoi pensent-ils ces enfants de huit ans, dix ans, douze ans, serrés les uns contre les autres, le visage fermé, qu’on a réuni en cercle dans la cour de l’école ? Quelles images défilent dans leur esprit alors que le silence est tombé, pendant une minute, une minute figée, sur le préau, les jeux et les rires ? Qu’ont-ils compris de la sauvagerie qui a frappé trois enfants, dans une cour semblable à la leur, vingt-quatre heures auparavant ? Comment leur expliquer l’indicible ? Comment faire face à leurs interrogations, à leurs peurs ? Comment parler aux enfants de l'attentat de Toulouse ?

Attendre que l’enfant ait conscience de la mort
Cette question en appelle, en guise de préambule, une autre : faut-il nécessairement évoquer la tragédie qui a frappé l’école d’Ozar Hatorah à nos enfants ? La question a alimenté le débat hier alors qu’était organisée dans toutes les écoles de France une minute de silence en hommage aux victimes. Psychiatres et psychologues semblent considérer que le silence est en la matière un piège plus dangereux que la parole. Cependant, certaines nuances existent en fonction de l’âge. Ainsi, le psychiatre Stéphane Clerget, interrogé lundi soir sur Europe 1 considérait que pour les petits de moins de huit ans, l’observation d’une minute de silence « n’a aucun intérêt pédagogique » et ne pourrait être que « source de stress ». « Ils ne sont pas en mesure d’accueillir des informations telles que le drame de Toulouse et donc la raison de cette minute de silence ». Le psychanalyste Claude Boukobza, sur le site Newsring semble partager ce sentiment. A la question « Doit-on tout dire aux enfants », il répond : « Tout dépend vraiment de l’âge des enfants. Il faut attendre qu’ils aient une conscience de ce qu’est la mort, c’est-à-dire à peu près à partir de l’école primaire. A la maternelle, ils sont bien trop petits ». Enfin, le neurologue et pédopsychiatre Boris Cyrulnik souligne (ce que certains considéreront comme une lapalissade) : « On peut tout expliquer à un enfant mais il n’est pas capable de tout comprendre. L’enfant devient capable de comprendre au fur et à mesure de son développement ».

Ne pas créer de tabou
Cette nuance concernant l’âge de l’enfant posée, l’ensemble des spécialistes semble s’accorder pour constater que taire la tragédie représente une impasse. « L’essentiel est de ne pas laisser l’enfant seul, dans le silence. Si on ne lui en parle pas, il risque de s’isoler, de se sentir abandonné » remarque ainsi la psychologue Catherine Héry (CHU de Nantes). De même, Boris Cyrulnik souligne : « Empêcher l’enfant de regarder la télé ou éteindre la radio dès qu’il entre dans la pièce n’est pas une solution : c’est du déni ».

Ne pas mentir, mais éviter la multiplication des détails
Dès lors, si parler de l’affaire avec les enfants semble primordial, comment engager le dialogue ? Le discours des spécialistes met en évidence que l’initiative de la discussion sur le sujet peut (voir doit) venir de l’adulte. Boris Cyrulnik estime en effet : « Un enfant n’ose pas poser de questions de lui-même sur un sujet que les adultes n’abordent pas. Il ne faut donc pas attendre de répondre aux questions sans rien dire à son enfant, car il n’osera pas les poser ». Aussi, pourra-t-on faire naître le dialogue en demandant à l’enfant ce qu’il a retenu du drame et ce qu’il ressent. Une fois la conversation installée, il semble nécessaire d’éviter deux écueils : d’une part le mensonge, d’autre part, à l’inverse, la multiplication des détails. « Il faut pourvoir répondre à ces questions d’enfants dans la mesure de ce qu’on sait, sans jamais mentir. On peut dire quand on ne sait pas, on peut dire de manière atténuée pour s’adapter à l’âge de l’enfant, mais pas mentir », conseille le pédopsychiatre Thierry Baybet (hôpital Avicenne, Bobigny) dans Les Dernières nouvelles d’Alsace. Il insiste par ailleurs : « Il ne faut pas saturer les enfants par un excès d’informations, des détails qu’ils ne demandent pas. Mais il faut qu’ils puissent poser toutes les questions qu’ils ont en tête ».

Quand la parole nourrit l’angoisse
En effet, le discours doit avoir pour vocation première de rassurer et non pas d’attiser les angoisses. A cet égard, la minute de silence, destinée à faire émerger un sentiment de solidarité avec les victimes et leur proche peut avoir un rôle important. « Paradoxalement, leur parler du crime est angoissant, mais expliquer ensuite la minute de silence permet de rassurer » souligne Stéphane Clerget. On peut également insister sur les mesures de sécurité adoptées pour protéger les écoles, observe Catherine Héry. Cependant, en dépit de ce travail pédagogique, certains enfants pourraient développer un sentiment d’anxiété. Pour certains, ce dernier peut-être nourri par des explications maladroites. « En parlant trop de certaines choses, on crée des psychoses. C’est déjà arrivé, j’ai connu des enfants qui paniquaient devant chaque fourgon noir en s’imaginant qu’il s’agissait d’un kidnapeur ! » rapporte Alain Rousseau, commandant de la brigade de prévention de la délinquance juvénile dans les Yvelines, sur le site Newsring. Boris Cyrulnik souligne également : « Trop en dire peut avoir des conséquences traumatisantes sur un enfant. On envahit l’âme de l’enfant avec l’horreur ». Hier, certains ont d’ailleurs considéré que les mots employés par le Président de la République n’étaient pas les mieux adaptés pour apaiser les inquiétudes des plus jeunes.

Stress post traumatique



Lire la suite de la chronique d'Aurélie Haroche sur JIM.fr

22/03/2012
Lu 1012 fois





Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)




Liste de liens