Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…







Collège d'Hypnose : 30 cas pratiques en hypnose médicale, hypnothérapie et hypnoanalgésie: C'est avec... https://t.co/e6ztHHuVRC https://t.co/7D24XW0il7
Jeudi 21 Septembre - 12:55
Collège d'Hypnose : Alice COHN, EMDR dans le psychotraumatisme, formatrice au CHTIP https://t.co/Z7CKUFogU0
Mardi 19 Septembre - 21:04
Collège d'Hypnose : Négociation d’objectif, recadrage, alliance en hypnose et thérapie brève.: ACTES du... https://t.co/4aEpGjVkY8 https://t.co/bunMM0nNqj
Dimanche 17 Septembre - 09:45
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies brèves n°44 THÉRAPIE DU COUPLE DES PARENTS DANS LA PRISE EN CHARGE DE L’ANOREXIE L’anorexi…https://t.co/2Vtk99mgNt
Jeudi 14 Septembre - 17:27
Collège d'Hypnose : Nous retrouvons ici cinq auteurs : Yves Doutrelugne, Olivier Cottencin, Julien Betbèze, Luc Isebaert et Dominique M…https://t.co/3hP0hwGGTQ
Jeudi 14 Septembre - 17:26
Collège d'Hypnose : L'interview de Philippe AÏM donnée à RTL Quelques jours après la sortie de son livre "l'hypnose, ça marche vraiment…https://t.co/EJofLIIuj0
Jeudi 14 Septembre - 14:04
Collège d'Hypnose : Dans les blocs opératoires. Dr Marc Galy https://t.co/LcWJgEnUaC
Jeudi 14 Septembre - 13:58
Collège d'Hypnose : L'hypnose, ça marche vraiment ? https://t.co/KyM2eWb6dE
Mercredi 13 Septembre - 23:59

Formations en Hypnose à Paris, Marseille

Psycho-Tifs ou le Coiffeur pour savoir quoi faire et arrêter de couper les cheveux en quatre.

Laure Belot, journaliste au journal Le Monde, nous livre aujourd'hui un bien bel article sur les nouveaux psys de salons, ces moments savoureux du shampoing qui nous amène à un état d'hypnose.



Psycho-Tifs ou le Coiffeur pour savoir quoi faire et arrêter de couper les cheveux en quatre.
Comment êtes-vous chez le coiffeur ? Taiseux... ou prolixe ? Face au miroir, nous sommes, paraît-il, assez prévisibles. "Environ six personnes sur dix vont écouter les conseils. Les autres ont surtout besoin qu'on les écoute", remarque Anthony Galifot, coiffeur à Nantes et auteur d'Autour du fauteuil (L'Atalante, 2012, 128 p., 10.50 euros). Un monologue cheveux mouillés qui peut démarrer par un classique : "Vous ne trouvez pas que j'ai pris un peu de poids ?" Ou, plus direct : "Ah, non, pas de frange, je vais ressembler à ma mère !"

Sans que personne recense le phénomène, des lieux de confession intimes se sont multipliés depuis un demi-siècle. Fini les lavoirs, les confessionnaux... Voici les salons de coiffure, de beauté, les librairies, les antiquaires, les encadreurs... Et bien sûr les cafés.

L'essor de la vie numérique depuis dix ans (30 millions de Français appartiennent à un réseau social et 16 millions s'épanchent sur des forums, selon Médiamétrie) ne change rien : dans la vie réelle, des centaines de milliers de prestataires de services marchands se retrouvent quotidiennement à gérer mots et maux de leurs clients.

Problème avec son ado, conjoint volage, abstinence sexuelle mal vécue, maladie... Ces monologues peuvent durer de quelques minutes à... plus d'une heure. "Depuis un an, les clientes nous parlent de plus en plus du travail. Peur du licenciement, stress dû à la multiplication des petits boulots", note Johanna Cohen, esthéticienne parisienne qui estime que la moitié de sa clientèle se confie en séance. "Dans ces lieux d'écoute, les gens se mettent entre les mains des autres, physiquement et psychiquement", poursuit Soledad Ottoné, longtemps libraire à Santiago du Chili. "Pour les gens, il semble important d'avoir quelqu'un qui les écoute et qui ne soit pas de la famille", remarque Alexandre, libraire également.

Un calcul approximatif permet de mesurer l'ampleur de cette parole intime qui jaillit un peu partout. Si les 160 000 coiffeurs recensés par la fédération nationale accueillent chacun dix personnes par jour et que quatre sur dix s'épanchent, cela donne plus de 600 000 confessions quotidiennes dans les salons hexagonaux. Le même calcul, fondé sur les chiffres de la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté, permet d'ajouter 200 000 confidences.

Selon ces confesseurs d'un nouveau type, ce lâcher-prise suit même des rituels. "C'est pendant la coupe que les personnes se livrent, au moment où notre bouche est proche de l'oreille", note Alain, coiffeur parisien. Dans les salons d'esthétique, "c'est pendant les épilations, et non les massages, remarque Mme Cohen, quand la personne passe sur le ventre et ne [les] regarde plus".




Rédigé le 17/11/2012 modifié le 17/11/2012

Laurent Gross
Laurent Gross, est Hypnothérapeute et Kinésithérapeute à Paris. Psychothérapeute certifié ARS en... En savoir plus sur cet auteur





Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)



Hypnose à Paris

Liste de liens