Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Recherche








Collège d'Hypnose : De la communication thérapeutique à la présence thérapeutique. Dr Marc GALY: Dr Marc... https://t.co/sEtIcV3RNR https://t.co/Un4bJj8lld
Vendredi 12 Mai - 18:28
Collège d'Hypnose : Le questionnement thérapeutique en hypnose et thérapie brève: conjuguer pour réassocier... https://t.co/mEvOIGTttB https://t.co/Pp1YyLktRQ
Vendredi 12 Mai - 17:29
Collège d'Hypnose : Présentation de la mise en place de l’hypnose au CH Alpes Léman. Dr Véronique GRÉVY: Dr... https://t.co/cH8c9uPtkS https://t.co/StiLZywEHY
Vendredi 12 Mai - 17:29
Collège d'Hypnose : Hyp-Hop : l’hypnose à l’hôpital. Dr Marie FLOCCIA: Dr Marie FLOCCIA, Gériatre Pessac... https://t.co/mA5uco9sd0 https://t.co/avTtRolHeu
Vendredi 12 Mai - 17:29
Collège d'Hypnose : L'Hypnose avec les Ancêtres. Elise GUET: Elise GUET, Sophro-Hypnothérapeute, praticienne... https://t.co/higWVf05Yy https://t.co/5uFngX0LPj
Vendredi 12 Mai - 17:29
Collège d'Hypnose : L'Autre dans la relation thérapeutique en hypnopraxie. Dr Nicolas DROUET: Dr Nicolas... https://t.co/oND7NdPkTi https://t.co/2IOVTsipVE
Vendredi 12 Mai - 17:29
Collège d'Hypnose : Deux approches contradictoires : L’art de Milton Erickson et la mécanique de... https://t.co/Z3YmXZ4cKw https://t.co/jWPLYhHljK
Vendredi 12 Mai - 17:29
Collège d'Hypnose : "Même pas peur" Hypnose et stratégies en thérapie brève chez les enfants et les... https://t.co/dZBeKupC2g https://t.co/EOc5AXGZIO
Vendredi 12 Mai - 17:29

Quand la douleur entre dans l’intimité du couple

Trop axée sur l’étude des mimiques ou des comportements pratiques, selon l’équipe londonienne, auteur de cet article, l’évaluation « psychologique » de la douleur devrait se pencher davantage sur la verbalisation des émotions qu’elle suscite, en particulier dans les couples dont l’un des membres souffre de façon chronique.



Quand la douleur entre dans l’intimité du couple
La détresse exprimée est, d’ailleurs, plus ou moins bien acceptée par le conjoint, ce qui représente un autre pôle majeur dans la compréhension du mode de fonctionnement des couples concernés.

Il s’avère, en effet, que la communication verbale se fait sous un contrôle cognitif et émotionnel plus marqué que les expressions faciales. Il est également à noter que la traduction orale des émotions induites est à distinguer des paroles relatives à la mesure de l’intensité douloureuse proprement dite.

Ainsi définis, de tels échanges, par l’empathie éventuellement générée, renforcent l’intimité des couples, à moins qu’il ne s’agisse de réponses hostiles. Les données connues sur le sujet montrent une grande variabilité dans la traduction verbale des émotions éprouvées en miroir.

Il apparaît aussi que la simple anxiété n’a pas la même portée que la reconnaissance de la réalité de cette douleur qui confère aussi une efficacité majorée aux gestes d’aide de la vie courante.

Ainsi, le fait de donner à boire ou de dispenser le traitement prend une signification différente selon la manière dont le couple vit la douleur de l’un des conjoints et il est évident que ceux qui, à l’origine, avaient des problèmes de communication ou présentent des tendances dépressives limitant les échanges, ont besoin d’un soutien plus intensif que les autres.

Lorsque des conjoints dans ce cas sont pris en charge psychologique, il leur est conseillé d’avoir des échanges, même courts, sur leur manière de vivre leur situation et sur son influence sur leur intimité.

Selon ces travaux, il est important que les équipes soignantes comprennent que la douleur peut renforcer l’intimité des couples et qu’elles se doivent de favoriser les échanges sur des thèmes qui, a priori, peuvent sembler tabou.

Dr Françoise Ponchie Gardelle sur JIM.fr

28/09/2010
Lu 1304 fois





Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)