Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…







Collège d'Hypnose : Hypnose, Douleur et Conscience. Interview du Pr. Faymonville par Theo Chaumeil: Au cours... https://t.co/z3jJ99ixY6 https://t.co/aR5UvQCPYZ
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Facteurs de réussite de l'hypnose lors de soins différés: la place des techniques... https://t.co/bWgJa00nqr https://t.co/RfTWZ2olAH
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : L'hypnose une activation sécurisée du hors soi. Dr Luc FARCY: Dr Luc FARCY, Psychiatre... https://t.co/DPAGwpEgSE https://t.co/mGpCVoUFnr
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Deuil et technique hypnotique de base : « le cimetière intérieur ». Dr Claude VIROT: Dr... https://t.co/d2DBrwI4zE https://t.co/SX1MeypfXa
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Apports dans le TRAUMA de la thérapie HTSMA (Hypnose, Thérapies Stratégiques et... https://t.co/2jBUPecGPd https://t.co/rEeqyxJXkO
Jeudi 20 Juillet - 12:27
Collège d'Hypnose : Formation spéciale "Hypnothérapie et kinésithérapie: la thérapie du mouvement de vie" - 4 jours Public concerné: Kin…https://t.co/oFBdFCPjuj
Lundi 17 Juillet - 18:32
Collège d'Hypnose : Comment bien choisir sa formation en hypnose... Vous êtes infirmier(e), kinésithérapeute, médecin, orthophoniste et…https://t.co/neWomarpre
Jeudi 6 Juillet - 21:05
Collège d'Hypnose : Mise en ligne d'une nouvelle formation en hypnose médicale à Paris... https://t.co/TR9SBPPw7O https://t.co/4GlGRAMosf
Jeudi 6 Juillet - 21:03

Formations en Hypnose à Paris, Marseille

Violence conjugale : les hommes aussi - Violence psychologique. JIM.fr



Violence conjugale : les hommes aussi - Violence psychologique. JIM.fr
Il aura fallu attendre 2007 pour que l’Observatoire national de la délinquance (OND) en France s’intéresse non pas seulement à la violence conjugale touchant les femmes, mais également à celle affectant les hommes. D’autres pays ont eu à cœur de s’intéresser à ce phénomène bien avant la France. Ainsi, au Canada, des statistiques sont régulièrement publiées sur les hommes battus depuis 1999. Début février, le Centre canadien de la statistique juridique rendait ainsi public un nouveau rapport sur la violence familiale affirmant que la proportion d’hommes déclarant avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de leur couple était pratiquement similaire à celle de femmes (6 % vs 6,4 %). Les agressions sexuelles sont cependant trois fois moins fréquemment déclarées par des hommes. Les premiers chiffres n’étonnent guère Normand Brodeur, professeur à l’Ecole de service social de l’Université Laval et membre de l’équipe Masculinités et Société : « L’image qu’on a de la violence conjugale, c’est qu’elle se déroule dans un seul sens. Pourtant, les données sur ce qu’on appelle la « symétrie » de la violence, elles sont connues depuis des dizaines d’années », analysait-il cité par le quotidien québécois, le Soleil.

Une femme au chevet des hommes

Les données disponibles en France ne montrent pas une telle parité mais révèlent que le phénomène n’est pas totalement marginal. Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 100 000 hommes de 18 à 75 ans auraient été victimes en 2009 d’un acte de violence physique ou sexuelle au sein de leur couple, contre 305 000 femmes. Le phénomène concernerait toutes les classes sociales mais prioritairement les plus jeunes (18/25 ans et les plus âgés (les plus de 50 ans), selon Sylvianne Spitzer, psychologue experte en criminologie, fondatrice de l’association SOS Hommes battus, citée par le site Rue 89. Cette organisation, fondée donc par une femme en 2009 et qui a connu des débuts un peu difficiles (une absence totale de soutien des associations de lutte contre les violences faites aux femmes notamment) recevrait quatre appels ou mails par jour en moyenne. Le phénomène pourrait en outre être sous-estimé, tant le tabou est pesant. « Les hommes ont vingt, voire trente ans de retard par rapport à la prévention faite auprès des femmes. Conséquence : ils ne parlent pas. Ils ne déposent pas plainte. Ils ne viennent pas au groupe de parole » détaille Sylvianne Spitzer.

Lire la suite sur jim.fr

07/03/2011
Lu 1385 fois






1.Posté par cotty le 30/06/2012 17:42
depuis 1 an ma femme ne veut plus voir mes enfants agée de 13 et 16 an et me mene la vie dur je ne sai plus quoi faire je suis pomé et pour tant j'ai 57 ans que dois je faire?

Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)




Liste de liens