Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…







Collège d'Hypnose : Patricia CHANTREL Psychologue clinicienne, thérapeute EMDR - IMO, Hypnothérapeute. Thérapie Familiale Systémique, T… https://t.co/VJxoTU9reG
Mercredi 20 Juin - 23:10
Collège d'Hypnose : Patricia CHANTREL Psychologue clinicienne, thérapeute EMDR - IMO, Hypnothérapeute. Thérapie Familiale Systémique, T… https://t.co/XoWPUKQAwI
Mercredi 20 Juin - 22:10
Collège d'Hypnose : Emmanuelle DECOSTER Orthophoniste, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR - IMO, Anthropologie médicale, Enseignante-clin… https://t.co/UhZGE6pzOL
Mercredi 20 Juin - 00:10
Collège d'Hypnose : Brigitte MERAND Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR - IMO, Gestion du Stress Post-Traumatique et du Psychotraumatisme.… https://t.co/RxdbB4AenN
Mardi 19 Juin - 16:10
Collège d'Hypnose : L’hypnose et les Mouvements Oculaires: une intégration intégrative de l’EMDR, IMO et l'hypnose ericksonienne Lauren… https://t.co/7cMvKcUmRK
Vendredi 15 Juin - 21:13
Collège d'Hypnose : Les professionnels de santé en bonne santé ! Dr Claude Virot, médecin psychiatre - Jérémy Cuna, psychologue 7ème Co… https://t.co/gNaBdXwyL8
Vendredi 15 Juin - 21:13
Collège d'Hypnose : Hypnose per-opératoire et stimulation médullaire. Dr Chantal Wood, médecin 7ème Congrès International Hypnose et Do… https://t.co/RmKvlWVWcd
Vendredi 15 Juin - 21:13
Collège d'Hypnose : L’utilisation des transes instantanées pour le maniement de la douleur chronique. Teresa Robles, psychologue 7ème C… https://t.co/HkZh8yeyA8
Vendredi 15 Juin - 21:13

Dire des contes, ce n’est pas se raconter des contes

Par Jacques SALOMÉ - Psychosociologue



Dire des contes, ce n’est pas se raconter des contes
Les contes ont tenu dans ma vie d’adulte, autant de place que dans mon enfance, à tel point que j’en ai beaucoup écrit. « Les contes ne parlent pas du monde de l’enfance, mais de l’enfance du monde » disait Henri Gougaud, un des conteurs les plus extraordinaires qu’il m’a été donné de lire et d’écouter.

Les contes remplissent une foultitude de fonctions parfois conscientes mais surtout inconscientes. Ils permettent de dire non seulement les désirs les plus fous, d’exprimer les sentiments les plus sublimes, mais aussi de parcourir quelques-uns des labyrinthes qui irriguent et nourrissent les désirs. Qu’un désir puisse se situer "au carrefour des jambes et du ventre", dans les méandres complexes de notre esprit, dans les limbes infinis de nos rêves ou dans ceux encore plus enchevêtrés de notre coeur, un conte peut aider ce désir à se découvrir, peut-être aussi à s’accepter, à trouver un espace ou pourquoi pas à se concrétiser dans un coin de réalité, à moins qu’il ne permette tout simplement de continuer à allumer des étoiles dans notre imaginaire et à faire danser les petites lucioles de nos rêves. En stimulant en nous les neurones de l’espérance, les contes nous relient à l’immensité
d’un savoir universel dont chacun d’entre nous est partie prenante, même si nous ne le savons pas toujours. Ils peuvent nous aider à relier entre elles des connaissances subtiles, à tisser des reliances entre le possible et l’impossible qui se combattent, voire se déchirent en nous. Ils ont le pouvoir de nous éclairer sur quelques-uns des mystères de la condition humaine et nous donnent ainsi accès à une compréhension plus nuancée et plus authentique de notre histoire personnelle.

De ce fait, il vaut mieux le savoir et l’accepter, les contes envoient des messages à notre inconscient. Un inconscient familier de leur univers, qui sait bien dialoguer avec eux, tout en ayant l’habileté et la délicatesse de nous permettre de nous réjouir, sans aucune culpabilité ni réserve vis-à-vis des savourances (oui je sais, mais je préfère ce nom à celui de saveur) langagières que les contes nous
offrent avec une générosité renouvelée.

« Il était une fois, une petite grenouille qui avait très peur d’aimer. Elle croyait que l’amour était la source de beaucoup de souffrances quand il n’était pas partagé, aussi… » Un conte commence et nous emporte dès les premiers mots, il nous ensorcelle dès les premières images qui se télescopent en faisant vibrer des sentiments et des ressentis endormis ou en jachère.

Pour lire la suite et vous abonner
Pour lire la suite et vous abonner



Rédigé le 23/04/2014 modifié le 29/05/2014






Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)



Hypnose à Paris