Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, EMDR, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Au sujet de la Psychothérapie, Thérapie Brève, EMDR, Hypnose à Paris, Marseille, Nancy. Formations en Hypnose, EMDR, Thérapies Brèves Orientées Solution.

Psychotherapies, Psychotherapeute, Psychotherapeute Paris


Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…






Formations en Hypnose, EMDR, Thérapies Brèves à Paris, Marseille, Nancy

Le frisbee écrit. Revue Hypnose Thérapies Brèves 67

OU COMMENT SOIGNER À DISTANCE

Qui dit « frisbee » dit objet volant et planant aux trajectoires arrondies. Passé à l’écrit, il devient ici messages lancés au patient et jeu de va-et-vient dans le lien et la communication. Exemple avec Nicolas, 9 ans, « patient réticent ».



Crédit Photos © Lise Bellavoine
Crédit Photos © Lise Bellavoine
La découverte de la technique du « frisbee écrit » (Bogdan Pavlovici, Lucien Kokh) semble ouvrir de nouvelles perspectives dans l’approche des personnes souffrantes, dont certaines sont peu accessibles à l’approche directe, telle qu’on la pratique habituellement dans nos consultations, sans nous poser la question : ces personnes qui n’adhèrent pas à nos « prises en charge », qui semblent « fuir », ou nous apparaissent comme « résistantes », ou qui s’avèrent trop blessées pour accepter de se trouver en relation de proximité verbale directe avec un psy, ne pourrait-on tenter de les aborder autrement ? Cette autre approche ne pourrait- elle pas permettre d’éviter que ces personnes rompent nos « contrats » de soin, disparaissent dans la nature, « désertent », comme on le dit si souvent aussi dans nos langages savants ? La force du frisbee écrit, et ce qui, à mon sens, le distingue d’un simple courrier, consiste dans le fait qu’il est porté par l’envie, la motivation, l’engagement, la formation, l’art et le style personnel du thérapeute qui le lance le premier en direction de son patient/client, dont les qualités subtiles l’inspirent.

Cette force, qui réunit plusieurs énergies et principes, et prend appui sur ce qui se jouera très vite dans la relation patient-thérapeute, est la clé susceptible d’inciter le patient/client à trouver ou retrouver sa propre force pour renvoyer le frisbee, avec son style personnel. Cette force croîtra au fur et à mesure des lancers successifs, et lui permettra une découverte progressive de ses possibles, non encore exploités. Le terme de « frisbee » me semble adapté, car il ne véhicule pas seule- ment l’idée d’un échange, d’une interaction, mais aussi celle d’un jeu où l’on prend un plaisir mutuel. Un jeu qui donne envie de poursuivre, d’amplifier, de complexifier l’échange, de s’améliorer, de continuer à découvrir les qualités et forces de l’autre et de soi-même.

LES MÉRITES DU FRISBEE ÉCRIT

Le frisbee écrit propose cette autre voie, celle de l’essai d’une communication comme par radar SOS avec ces « coques de noix » ballottées depuis trop longtemps par les vagues d’un contexte de vie dur et hostile, dont ils n’ont souvent pas compris ou oublié le récit qui lui donne sens. L’autre avantage du frisbee écrit dans certaines situations de détresse majeure est d’entraîner au sein du dispositif d’aide plusieurs autres instances utiles, par un effet d’ouverture des consciences en chaîne. Le « naufragé » aura alors la chance d’être éventuellement secouru non pas seulement par la petite barge du thérapeute, mais par une flotte entière ! J’ai eu l’occasion de découvrir les mérites du frisbee écrit pour remédier aux difficultés rencontrées dans d’autres contextes cliniques : - La violence émotionnelle ressentie par le thérapeute lors de certaines consultations ou thérapies. - La distance, soit géographique (entre des personnes nécessaires à la bonne con duite du processus thérapeutique), soit émotionnelle (entre deux ou plusieurs personnes), soit au sein même de la personne (entre soi et ses propres émotions). - Les situations de dislocation familiale particulièrement conflictuelles. - Le travail avec certaines typologies de patients : ceux dont la honte, installée depuis fort longtemps dans leur esprit, a fini par leur faire préférer se rendre invisibles à l’autre (mais qui, via l’écrit, ont une forte propension à dévoiler leurs souffrances) ; ceux qui portent en eux des « parties émotionnelles » (3), des kystes émotionnels de type enfant vulnérable ou parent persécuteur, dissociés de leur mode adulte sain et cohabitant avec celui-ci (4).

UNE TRANSE HYPNOTIQUE DANS LE GESTE D’ÉCRIRE

Lorsqu’on reçoit, lors d’une consultation, une violence émotionnelle qui a directement à voir avec la violence présente dans le système familial, on en ressort souvent assez mal à l’aise, avec soit de la confusion psychique, soit de la culpabilité, soit de la violence interne, parfois traduite par des passages à l’acte. L’important est, pour le thérapeute qui vit cette violence, de la repérer comme liée au processus de violence agissant dans la famille, que le thérapeute a reçu par un phénomène de contagion automatique, imperceptible, mais ô combien présent. Dans certaines situations d’éloignement (géographique, émotionnel, ou au sein même de la personne), le frisbee écrit va pouvoir convoquer des rencontres fondamentales. Parfois de simples échanges téléphoniques offrent un tel effet, mais j’espère que le lecteur se rendra compte, en parcourant les vignettes cliniques qui vont suivre, de l’avantage du frisbee écrit, à savoir cette manière particulière de s’adresser à l’autre. Elle est utile aux patients qui, comme dit précédemment, se dévoilent mieux en écrivant, cachés des regards, à distance, soit parce que l’émotion de honte les habite depuis longtemps au point de faire partie de leur identité, soit parce que leur « partie émotionnelle » (5) ne s’exprime pas en entretien face à face mais s’active ou se réactive lorsqu’ils ne sont pas sous notre regard « bienveillant »... Un regard auquel ils souhaitent bien souvent se conformer, faire plaisir, ce qui les conduit à se contrôler. Enfin, dans d’autres situations, les séquences de frisbee écrit vont alterner fructueusement avec les séquences de rencontre directe, préparant ces dernières au mieux, les rendant plus riches, plus dynamiques, et axées sur les processus profonds qui sont en jeu et qui maintiennent la souffrance. Afin que le lecteur comprenne que la démarche « frisbee écrit » intègre l’hypnose ericksonienne (6), voici le « secret » : lorsque je fais le geste d’écrire, rien que le geste, j’ai la sensation d’entrer déjà dans une transe hypnotique avec phénomène de supraconscience élargie, apparition et activation d’images, de scénarios, suractivation émotionnelle et sensorimotrice, et surtout, activation d’une expérience de confort et de bonheur ! Depuis que je me formule les choses de cette manière, je m’intéresse au mécanisme d’induction spontanée de transe hypnotique de type associative, chez certains, lorsqu’ils prennent le scripteur…

Pur lire la suite et commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°67


Dr Bogdan PAVLOVICI

Pédopsychiatre, praticien hospitalier. Psychothérapeute familial et de réseau, thérapies brèves, hypnose ericksonienne, HTSMA. Service CHU de psychiatrie infanto-juvénile du professeur Mario Speranza au Centre hospitalier de Versailles. Auteur de Les leviers du changement : un thérapeute bref en scène (Enrick B. Editions, 2019).

Commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°67

Dans un très beau texte, drôle et subtil, Virginie Lagrée rend hommage à la créativité et à l’éthique des familles d’accueil thérapeutique adultes. Elle nous montre, à partir de nombreux exemples, toutes les stratégies développées par ces familles, en lien avec une fine observation des relations tissées au fil de la vie quotidienne. Connaissant bien la pratique de l’accueil familial, devant la qualité de la prise en charge de tous ces patients, pour la plupart psychotiques, on peut s’étonner du peu de services de cette nature dans la psychiatrie publique. Un joli moment d’émotion et de réflexion sur la capacité de chacun à faire confiance à son inconscient.

Julien Betbèze : Edito : Didier Michaux, chercheur et passeur de l’hypnose

Quel plaisir d’accueillir dans ce n°67 la réflexion de Dominique Megglé sur la manière de comprendre la psychopathologie à partir de l’hypnose. Il décrit dans les peurs névrotiques le rôle majeur de la peur de l’oubli, de la peur de la nouveauté, et le rôle de l’hypnose profonde pour les traverser. Il souligne l’importance de la ratification et de la qualité relationnelle et développe une hypnopathologie passionnante sur la compréhension de ces différents troubles psychiatriques.

Michel Ruel nous fait part de son expérience sur le travail avec les endeuillés. Il souligne l’inventivité des hypnothérapeutes français pour retrouver un lien avec les personnes disparues, lien indispensable pour faire un travail de deuil et favoriser un nouveau départ.

Bogdan Pavlovici nous fait découvrir une approche novatrice en pédopsychiatrie pour rentrer en contact et faire lien avec tous ces enfants réticents qui peinent à s’investir dans une dynamique de soins. A travers l’histoire de Nicolas, 9 ans, il décrit le rôle de la transe hypnotique dans l’écriture des lettres envoyées par le thérapeute, et leur effet thérapeutique en retour chez l’enfant et sa famille.

En couverture : Lisa Bellavoine : Créer le regard

Espace Douleur douceur
. Gérard Ostermann : Edito : Les arbres de l’infinie douleur
. Dans « Douleur d’amputation », Véronique Betbèze détaille les deux séances d’hypnose qui lui ont permis de remettre en mouvement un patient amputé.
. Magali Farrugia nous explique comment l’hypnose peut compléter l’accompagnement d’une patiente en soins palliatifs et détaille les séances avec une patiente atteinte d’un cancer de l’estomac. Un chemin vers les étoiles.
. David Ogez et Maryse Aubin nous invitent à pratiquer l’autohypnose. A travers le récit de Maryse, patiente en clinique de gestion de la douleur au Québec, nous apprenons comment un programme d’entraînement à l’autohypnose qui vise à réduire les douleurs chroniques des patients et réduire la prise en charge de médication opioïde est mis en place.
. Un hommage à Didier Michaud, chercheur et passeur de l’hypnose qui vient de nous quitter. Isabelle Ignace, Yves Halfon, Jean-Marc Benhaiem, Brigitte Lutz, François Thioly, Gaston Brosseau, Sophie Cohen.

Rubriques :
. Quiproquo : Stefano Colombo et Mohand Chérif Si Ahmed : Le deuil

Culture du monde :
. Nicolas D’Inca : Se libérer du paradoxe – Du zen à l’école de Palo Alto
. Bonjour et après : Sophie Cohen : Le poids du couple… gagner en légèreté

Les grands entretiens : Rubin Battino interviewé par Gérard Fitoussi

NDLR




Rédigé le Mercredi 16 Août 2023 modifié le Mercredi 16 Août 2023
Lu 212 fois

Laurent Gross
Vice-Président de France EMDR-IMO ® Président du Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de... En savoir plus sur cet auteur





Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)


Hypnose à Paris