Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…







Collège d'Hypnose : Formation Hypnose & Douleur à Paris 4 jours exceptionnels de formation sur l'hypnose et la douleur, avec 5 gran… https://t.co/Fil8f1qGy6
Vendredi 19 Janvier - 16:35
Collège d'Hypnose : Écouter les mots. Anne-Sophie Bounié Anne-Sophie Bounié Infirmière à l’Institut Curie. Formée à l’Institut Français… https://t.co/xAfMaiTlwy
Jeudi 11 Janvier - 16:38
Collège d'Hypnose : Le point de vue de la guérison. Dr Adrian Chaboche Chers lecteurs, certains patients nous exposent à des situations… https://t.co/poFsjL0F4l
Jeudi 11 Janvier - 16:37
Collège d'Hypnose : Hypnose: Au service de nos grands aînés Partir au bal ? Pourquoi pas ? Par Marie Floccia et Fabienne Bidalon Marie… https://t.co/DbYNDoHdBX
Jeudi 11 Janvier - 16:37
Collège d'Hypnose : L’entretien d’explicitation. Dr Dina Roberts Comment améliorer l’étude de l’hypnose ? Il semble indispensable de dé… https://t.co/vetFCucuYh
Jeudi 11 Janvier - 16:04
Collège d'Hypnose : Entretien du Dr Patrick Bellet par le Dr Gérard Fitoussi Patrick Bellet est Président-fondateur de la Confédération… https://t.co/VZaLmXhj8I
Jeudi 11 Janvier - 16:04
Collège d'Hypnose : Livres en bouche. Dr Julien Betbèze Yves Gros-Louis, psychologue canadien et Huron-Wendat, nous permet de découvrir… https://t.co/8Ow82Q3GZ8
Jeudi 11 Janvier - 15:53
Collège d'Hypnose : Les Etats Généraux de l’Hypnose Clinique et Thérapeutique La Grande Consultation Le thème central en est la formati… https://t.co/prwe7gneVT
Lundi 1 Janvier - 18:35

Psychanalyse ou psychothérapie ? Par Stéphanie Lacruz, psychanalyste, psychothérapeute Paris

Un point de vue, toujours en discussion



Psychanalyse ou psychothérapie ? Par Stéphanie Lacruz, psychanalyste, psychothérapeute Paris
Lorsque S. Freud rencontre Jean-Martin Charcot, psychiatre, chef de service à l’hôpital de la Salpetrière à Paris, à la fin du XIXème siècle, il découvre et s’emploi à la pratique de l’hypnose en tant que « Thérapie symptomatique ». Il dira, dans le chapitre final de ses études sur l’hystérie, en 1895, que le procédé cathartique qu’est l’hypnose, est la meilleure thérapie symptomatique, qui ne saurait être surpassée.

Nous sommes en 1895, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts parisiens depuis ce temps, entrainant avec les différents courants, d’autres méthodes toutes aussi efficaces en terme de thérapie orientée vers le symptôme. Mais ce qui est certain, c’est que, quoique soit le courant théorique de la pratique thérapeutique symptomatique, il s’agit d’une Psychothérapie et non d’une psychanalyse.

Le procédé cathartique agit sur le symptôme et le guérit. Il défait les facteurs nocifs déterminés. L’effet agit bien sur le symptôme, mais Freud constate que dans de nombreux cas, on ne peut empêcher l’apparition de nouveaux symptômes qui viennent se placer à la place de ceux qui ont été écartés.

S.Freud, est avant tout un chercheur, un homme avec un désir fortement déterminé de savoir. La théorie qu’il développe sur le rêve, lieu privilégié d’expression de l’inconscient, lui fera dire « qu’elle marque un tournant. C’est avec elle que l’analyse a franchi le pas menant d’un procédé psychothérapeutique à une psychologie des profondeurs».

La « psychologie des profondeurs » est une thérapie « causale », fondée sur la connaissance de la cause des symptômes.

Pendant que Freud cherche a déterminer quels sont, pour ses patients, les processus inconscients venant faire barrage au désir ou venant le manipuler, le résoudre au néant, sans pour autant que ces derniers ne se reconnaissent, dans leurs actes, dans les évènements provoqués par des comportements qui les dépassent et les font se sentir perdus, il constate que l’éclaircissement psychanalytique et le savoir auquel le sujet a accès, a un effet thérapeutique sur la névrose et pas seulement sur le symptôme.

Il conclura sur la question de la psychothérapie symptomatique et sur la thérapie causale dorénavant appelée Psychanalyse que seule une thérapie causale, qui agit sur la cause de la névrose et non sur le seul symptôme peut être prophylactique : elle empêche l’extension des dommages.



Rédigé le 17/12/2010 modifié le 11/06/2013






Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)




Liste de liens