Psychotherapie, Hypnose Ericksonienne, EMDR, Thérapie Brève, Paris, Marseille, Formation
Au sujet de la Psychothérapie, Thérapie Brève, EMDR, Hypnose à Paris, Marseille, Nancy. Formations en Hypnose, EMDR, Thérapies Brèves Orientées Solution.

Psychotherapies, Psychotherapeute, Psychotherapeute Paris


Recherche

Hypnose à Marseille
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…






Formations en Hypnose, EMDR, Thérapies Brèves à Paris, Marseille, Nancy

Une perceptude venue du désert. Revue Hypnose & Thérapies Brèves 65

LES GUÉRISSEURS TOUAREGS (PARTIE 2)



« Moi, voyageur solitaire du désert Rien d’étonnant / Je supporte le vent, la soif et le soleil Moi, je sais partir et marcher / Jusqu’au coucher du soleil Dans le désert, plat, vide, où rien n’est offert J’ai la tête en éveil... », chant touareg, Tinariwen

Vivre, survivre dans le désert, seule une perception totale de son environnement peut donner autant de ressources. Entrons ensemble dans ce champ de conscience que Jean-Louis Lamande nommera « perceptude ». A la suite de ses voyages auprès des Touaregs, la psychanalyse freudienne ne fut qu’un lointain écho, laissant place désormais à l’expérience de la transe. C’est à Paris auprès de François Roustang qu’il achèvera sa formation à l’hypnose. Plusieurs années ont passé, le désert du Hoggar lui ouvre de nouveau les bras et à son retour ses amis guérisseurs lui lancent : « Avant tu soignais avec les livres, maintenant tu travailles comme nous. » C’est donc dans le cabinet d’un hypnothérapeute qu’il a durablement intégré cette modification. Avec un homme qui n’était pas issu d’un peuple nomade traditionnel, ni même relié à une nature sauvage et dangereuse. Simplement, par un retour à une expérience fondamentale qui permet d’« entrer dans la vie du monde » (Roustang). Le voyage n’est pas extérieur, et si le changement doit avoir lieu, il est tout autant là où vous êtes juste ici.

Passage par l’induction hypnotique

« Faire l’expérience de la perceptude, ce n’est pas entrer dans un monde à part, ce n’est rien d’autre qu’habiter le système relationnel dans lequel nous sommes insérés. » C’est l’intuition profonde que François Roustang a transmise à Jean- Louis Lamande. Celui-ci à son tour, fort de ses années d’expériences au désert, en a tiré les conclusions pratiques. Comment entrer dans cet état de perception qui opère une modification, tout en vous ramenant au lieu même où vous êtes ? Assis face à cet hypnothérapeute chevronné, bien présent dans son fauteuil, entouré de livres et de souvenirs de voyages, laissez votre attention se déplacer. Suivez ses indications pour une induction simple dont les procédés vous sont bien connus (injonction, focalisation, saturation ou confusion), mais dont le résultat sera imprévisible.

« Installez-vous dans le fauteuil. Relâchez toute tension. Dans cette détente, c’est mieux si la tête part en avant plutôt qu’en arrière, pour la nuque et la colonne. Fermez les yeux. Concentrez-vous sur la sensation des narines quand l’air entre – ni sur le souffle, ni sur l’expiration – juste à l’inspiration, sentez vos narines. Cette sensation est inattendue, la respiration devient calme, légère, silencieuse, imperceptible. Puis vous sentez le poids de votre bras gauche, son volume, sa densité, tout en sentant l’air qui entre par les narines. Puis les yeux fermés vous tracez devant vous dans l’espace un cercle, vous le suivez lentement du regard, à votre propre rythme, comme une bille qui roule et en suit le contour. Et cette bille roule en cercle, et décroche légèrement, et trace maintenant une spirale, votre regard la suit, vous voyez la spirale qui lentement s’enroule vers l’intérieur… »
Laissez les silences entre les mots prendre tout leur poids, le temps s’étire. L’expérience hypnotique s’installe et transforme votre attention, les mots sont suivis d’effets. Rapidement les pensées changent leur cours, la présence corporelle est accrue. S’il subsiste un doute ou une résistance, la simple réaffirmation suffit. « Faites confiance dans le processus », lance-t-il parfois. C’est le lieu à partir duquel il parle, lui qui est déjà entré en état d’hypnose, en état de perceptude avant d’y entraîner son patient.

Pratique du voyage…


Pour lire la suite de l’article et commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°65


NICOLAS D’ INCA Psychologue clinicien, thérapeute par l’hypnose. Méditant de pleine présence depuis vingt ans, aujourd’hui orienté par la pratique de la transe, notamment chamanique. En formation dans le Comprehensive Resource Model, méthode de guérison des traumas qui fait appel à la neurobiologie autant qu’aux ressources spirituelles en chaque être humain. Après douze ans comme psychothérapeute en institution, se consacre à ses activités libérales à Paris et à Fontainebleau.

Commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°65


Sommaire de ce n°65 Mai, Juin, Juillet 2022:
. Julien Betbèze, rédacteur en chef, éditorial : « Créer des liens »

. Jean-Marc Benhaiem nous invite à ne pas nous focaliser sur le symptôme mis en avant dans la demande thérapeutique : il s’agit plutôt de chercher à mobiliser l’énergie bloquée dans d’autres symptômes apparemment secondaires, et ainsi de désorganiser les rigidités pathologiques et amener le changement. Une clinique pleine de sagesse !

. Sophie Tournouër utilise le questionnement centré solution pour défaire les addictions sexuelles conjuguées à la prise de produits psychoactifs. Le déroulé du verbatim nous permet de saisir la logique interne aidant les individus à se libérer de cette pratique asservissante du « chemsex ».

. Mady Faucoup Gatineau nous prend par la main pour rencontrer Théo, un rebelle de 5 ans qui fait sa loi et sème la zizanie dans la famille. Nous découvrons l’utilité de la TLMR (thérapie du lien et des mondes relationnels) pour construire un cadre familial sécure dans lequel chacun va pouvoir retrouver sa place.

Dossier thématique : Histoires et métaphores
. Alicia Mangeot nous raconte des métaphores « sur mesure », favorisant ainsi des changements de comportement en rapport avec les intentions relationnelles des patients. Elle nous donne plusieurs exemples d’utilisation stratégique de métaphores (bibliothèque, cercles relationnels, mille-pattes) favorisant la coopération dans la séance, et la réalisation des tâches indirectement proposées.

. Virginie Serrière exprime une grande finesse dans son appropriation du questionnement narratif : à travers l’animation d’ateliers d’écriture, elle témoigne de la possibilité pour chacun de redevenir auteur de sa vie.

. Marie-Clotilde Wurz-de Baets nous montre sa créativité dans l’utilisation du langage métaphorique pour induire une transe de réassociation chez une jeune femme confuse après une rupture sentimentale.

. Espace douleur douceur
. Gérard Ostermann, éditorial : « Autour de la douleur »

. Stéphane Graf nous montre l’importance de ne pas se focaliser sur le symptôme mis en avant dans la plainte, mais d’intégrer la douleur dans l’unité corporelle.

. Stéphanie Delacour, dans un cas de dyspareunie, met aussi en évidence la pertinence de ne pas centrer la thérapie sur le symptôme, et de percevoir le lien entre la douleur et la rupture d’homéostasie. Grâce à sa prise en charge et à la remise en place de compétences émotionnelles et relationnelles, la patiente va retrouver une vie plus sécure avec une nouvelle relation à son corps.Dans cette période de sortie de la Covid, où les salles obscures se remplissent à nouveau, Sophie-Isabelle Martin et David Simon revisitent pour nous la technique de la salle de cinéma pour travailler avec des patients douloureux ayant très peu de protection. Les interactions sont très bien décrites, avec les multi-dissociations permettant de travailler en sécurité. Un exemple clinique illustre cette pratique avec pédagogie pour que chacun puisse s’approprier cette technique.

. Sophie Cohen expose un cas de bruxisme lié à des croyances limitantes autour des combats de la vie. Après une régression en âge, la patiente pourra retrouver son regard émerveillé de petite fille devant la photo d’une forêt et retrouver ainsi calme intérieur et détente.

. Christine Allary nous emmène en mission humanitaire et nous fait partager la conduite d’une séance d’hypnose faite en traduction simultanée avec le chirurgien. Elle décrit avec précision les effets de cette technique novatrice et fédératrice pour les participants.

. Serge Sirvain décrit une situation clinique émouvante dans laquelle il est amené à mettre en place une sédation terminale chez une patiente de 93 ans atteinte d’une tumeur digestive invasive. Il explique comment la position de non-savoir et l’imaginaire partagé autour d’une métaphore culinaire vont accompagner un endormissement terminal apaisé et en relation.

Et nos rubriques
. Nicolas D’Inca : culture monde « Une perceptude venue du désert ».
. Adrian Chaboche : Les champs du possible « Un lâcher de ballon bien étrange ».
. Sophie Cohen, nouvelle rubrique : bonjour et après « Clémentine et la chaleur qui fait fondre la plaque ».
. Stefano Colombo et Muhuc : Quiproquo… « Métaphores »

Crédit Photo: © Caroline Manière



Rédigé le Jeudi 2 Février 2023 modifié le Jeudi 2 Février 2023
Lu 256 fois

Laurent Gross
Vice-Président de France EMDR-IMO ® Président du Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de... En savoir plus sur cet auteur





Nouveau commentaire :

Pourquoi une Psychothérapie ? | Guide des Psychothérapies | Annuaires Psychothérapeutes | Livres Psychothérapie | Formations en Psychothérapie | Pathologies | Trouver | Revue de Presse | Vidéos | Psy du Moi(s) | Histoire du Moi(s)


Hypnose à Paris